Trois amis sur la ligne de départ
Objectif Mini-Transat 2023
Peter
COOLS

30 ans
Quentin
DEBOIS

34 ans
Pierre-Arnaud
DESTREMAU

30 ans
La traversée de l'Atlantique en solitaire
Une course au large
créée par Bob Salmon en1977
1 mois en mer sur 6.50m
Deux étapes de navigation en solitaire pour un total de 25 à 30 jours en mer. Le tout sur un bateau qui mesure 6.50m de long.
Trans-Atlantique
4 000 miles entre les Sables d'Olonne et la Martinique, en passant par les Canaries
Motus & bouche cousue
Sans aucun contact avec la terre, ni routage météo.
Mini-Transat 2023
Départ dans :
Jours
Heures
Minutes
Secondes
La vidéo officielle de la Mini par ici :
Deux années de préparation
De la sueur, je vous dis ! De la sueur !
Navigation
Une course en solitaire à travers l'Atlantique, ça ne s'invente pas. Savoir naviguer en haute mer, c'est un tout autre sport que la traditionnelle voile légère. Il faut encore continuer longuement son apprentissage.
1
Météo
La course est étalée sur plusieurs semaines. Il est donc nécessaire de savoir décrypter les prévisions météo annoncées par les organisateurs - c'est d'ailleurs l'unique message radio que les skippers reçoivent.
2
Cartographie
Les informations météo donnent une idée globale du comportement du vent. Encore faut-il savoir s'orienter sur une carte pour trouver le bon chemin !
3
Mécanique
Savoir skipper un mini, c'est avant tout connaitre les faiblesses mécaniques de certaines pièces, qui par l'usure seront amenées à être changées. Soi-même !
4
Electronique
Savoir skipper un mini, c'est aussi savoir se plonger dans tout l'électronique à bord, qui permet d'alimenter le pilote automatique, les vérins hydrauliques, les capteurs, la radio, etc.
Et les réparer !
5
Gestion du sommeil
En course, un skipper dort en général par séries de 20 minutes. Pour prendre ce rythme infernal, il faut apprendre à maîtriser son cycle de sommeil.
6
Survie en mer
En mer, s'il y a un problème, il faut attendre plus de 24 heures avant que les secours ne soient sur-place. Il faudra donc apprendre à survivre seul, et adopter les bons réflexes.
7
Premiers secours
Parmi ces bons réflexes, il faut apprendre à se soigner tout seul. Eh oui, se faire des points de suture soi-même devient monnaie courante en haute mer.
8
Stratification
Parmi les réparations, il est important également de savoir stratifier son bateau en cas d'infiltration d'eau.
9
Matelotage
Un bon marin connait tous ses noeuds. Surtout ceux qui ne servent qu'une fois. Pour être prêt au départ, il faut apprendre à fabriquer tout type de bouts qui serviront à bord.
10
Grutage
La plupart des ports ressortent les mini de l'eau lorsqu'ils ont fini leur sessions de voile. Et pour ce faire, il faut savoir manier la grue du port, afin de remettre le bateau sur la rive.
11
Réparation des voiles
Enfin, naviguer c'est avant tout prendre soin de son matériel de voile, et savoir faire de la couture en mer pour réparer une voile déchirée.
12
L'histoire du projet
Nous nous connaissons depuis 2016 lorsque nous étions tous les trois basés à Bruxelles. A l'époque, Quentin a monté sa société d'évènementiel, et Peter et Pierre-Arnaud ("PA") sont collègues dans le même cabinet de conseil.

Les années passent, et le noyau dur de notre amitié reste la fibre entrepreneuriale qui nous lie tous les trois à cet amour pour le business.

Le projet Tripel Atlantique naît pendant le premier confinement de 2020.
Nous décidons ensemble de participer à l'édition 2023 de la Mini-Transat.
Chacun sur son bateau.

C'est alors un long chemin de trois années de préparation qui commence, et pas des moindres : Quentin débute à peine la voile !

Notre trio a deux objectifs :
- faire de Quentin un marin prêt à traverser l'océan
- viser une performance pour Peter et PA (le podium ?!)

Le projet allie passion et entrepreneuriat puisqu'une partie du budget nécessaire au projet provient d'activités menées en parallèle par nous trois.

Pour mieux nous connaitre, un petit film de 3 minutes sera disponible ci-dessous dans quelques semaines. Patience ! ⬇️
La fine équipe
Peter
COOLS
10 ans de voile légère et en compétition Skipper depuis 4 ans sur Pogo et divers bateaux de croisière.
Quentin
DEBOIS
Skipper depuis 2 ans sur Pogo, bateaux de croisière
et voile légère.
Pierre-Arnaud DESTREMAU
Skipper CCE 2013 sur JPK 9,60
Skipper Alumni's Cup sur J80
Skipper depuis 4 ans sur Pogo et bateaux de croisière.
Qu'est ce qu'un mini 6.50 ?
On vous explique tout
Version "Série"
Il y a deux familles de bateaux:
- le format dit "Série"
- le format dit "Prototype"

Dans notre cas, ce sont trois bateaux de série 💪

La différence principale, c'est qu'un bateau de série est fait en plusieurs exemplaires, alors qu'un prototype n'est créé qu'une fois.
Une coque qui résiste
Les mini de série sont fabriqués en fibre de verre.

Cette matière permet une forte résistance de la coque lorsqu'elle est contrainte par les efforts en mer.

L'assemblage et le collage de plusieurs couches de fibre permet d'assurer la résistance nécessaire à sa rigidité.
Inventaire
Chacun de nous tient un inventaire très précis de ce qu'il a comme matériel à bord de son mini.

C'est essentiel d'être le plus prêt possible aux imprévus de la course au large.
Voilerie
Nous avons chacun une voilerie de référence pour nous fournir toutes les voiles nécessaires aux convoyages et aux courses.

Il est impératif d'avoir un jeu de voile au top, si on veut faire un classement au top.
Gréement dormant
On appelle Gréement dormant tout le matériel rigide que l'on ne peut pas "ranger" dans un bateau : le mât, les haubans, l'étai, les bastaques, les barres de flêche, etc.

Pour s'assurer que le bateau ne démâte pas, on change le gréement dormant tous les deux ans.
Ecoutes, drisses, bouts
Tout le monde sait qu'on ne dit pas "corde" sur un bateau.

Pour assurer une belle performance de chacune des voiles, on change régulièrement l'ensemble des cordages à bord du mini. On anticipe la casse, et on garde toujours du spare à bord.

Entre nous, le mieux, c'est quand même le Dynnema 🤪
Manilles, taquets, poulies
Pour ce qui est du matériel mécanique (de la poulie à la manille en passant par le taquet), il faut se fournir auprès de professionnels de l'accastillage.

Si on veut jouer dans la cour des grands, il faut s'équiper comme les grands !
Electronique
Enfin, pour l'électronique, nous sommes équipes de matériel NKE pour le GPS, les instruments de mesure (vent, vitesse, direction, etc).

Matériel le plus cher et le plus fragile, alors on bichonne comme son propre chat.
Ils nous font confiance
727 Sailbags
Inspiré par la mer, 727 Sailbags recycle des voiles en maroquinerie et accessoires. Une collection privée Tripel Atlantique est disponible. Vous pouvez également profiter de 10% de remise sur toute leur boutique. Contactez nous !
Utiliser le bon de 10%
Le Bon Bag
Petite entreprise familiale productrice de repas gastronomiques appertisés à Angers. La moitié d'une course se gagne au moral et bien manger est une partie essentielle !
Passer commande
Voyager
Repas lyophilisés français 100% Sans Additifs.
Voyager nous accompagne avec leurs bons petits repas durant nos courses. Les repas déshydratés ont l'avantage d'être très léger. Un vrai avantage apprécié autant par les skippers que les randonneurs !
Passer commande
Vous souhaitez nous aider ?
La course au large est aussi un défi financier, pour couvrir les frais de l'ensemble du matériel nous permettant de traverser l'Atlantique.

Vous hésitez encore à nous venir en aide ?
Voici quelques slides pour vous aider à plonger avec nous dans l'aventure ⬇️
Télécharger le dossier sponsor
Contact
Pour nous joindre, rien de plus simple :
tripel.atlantique@gmail.com
+33 6 79 80 15 45
Nantes & La Turballe
© Tripel Atlantique 2021 - Tous droits réservés
Made on
Tilda